Bergfahrt

vendredi 7 septembre 2007
par  mamac
popularité : 13%


Bergfahrt
Composition pour cinq pierres sonores d’Arthur Schneiter
Ernst Brunner - composition et percussions
Arthur Schneiter - percussions
Ursula Amsler – voix


Concert du vendredi 21 septembre
à 20h au Mamac

JPEG - 16 ko
Tout a commencé lors des premières rencontres au Fähnligipfel, un domaine d’escalade dans les Widderalpstöcken, au-dessus du Bollenwees dans l’Alpstein.
Il y a longtemps que je me suis rendu compte que la pierre sonne à chaque fois que l’on la frappe, comme le fait le grimpeur lorsqu’il s’assure de la solidité du rocher. A chaque ascension, je m’arrêtais un moment et je tambourinais contre la paroi rocheuse. Je finissais par rechercher des nouvelles sonorités, et quelle ne fut pas ma surprise : le rocher était rempli de sons. Je jouais SUR et AVEC des pierres.
J’avais entendu parler d’un sculpteur dans le Thurgau, qui travaillait avec des pierres sonores. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance d’Arthur Schneiter et que je lui ai raconté mon histoire. Je lui ai souvent rendu visite et je découvrais son monde. Ses sculptures et ses publications étaient très explicites
Les sonorités lithiques ne sont plus un terrain vierge, même dans nos régions. J’écoutais des CD de Fritz Hauser et les compositions d’Ulrich Gasser, que j’ai rencontré par après. Nous avons joué ensemble sa composition de 1988, « Die singenden Zikaden » à Stuttgart, à l’occasion d’une exposition d’Arthur.
J’avais envie d’écrire ma propre composition, une pièce ‘pierre de montagne’, une pièce ‘montagne de pierre’.
Avec Arthur, on a fait différentes expérimentations sonores. Une nouvelle pierre sonore en est née : la pierre qui roule. A cela se sont ajoutées deux grandes plaques de dolérite, montées sur un support vertical. J’étais à nouveau suspendu au rocher. Je jouais à nouveau à l’aide d’un mur, comme je le faisais à Fähnligipfel. Ainsi j’allais vers la montagne, en réalité vers Arthur dans le Thurgau ; « bergfahrt » était né.
Je n’ai pas pu oublier les sonorités lithiques de l’Alpstein. Avec le photographe Ernst Schar, j’ai été jusqu’au Fähnligipfel, équipé d’un enregistreur pour pouvoir emporter les sons de cette roche. Pendant que Ernst Schar prenait des photos, nous sommes parvenus à enregistrer quelques sons, qui figurent aujourd’hui sur cd, mais qui n’ont pas été repris dans la composition.
Une ascension de montagne est toujours une aventure polyrythmique. Les pas de l’alpiniste, les battements de son pouls, d’une canne peut-être, le tapement d’un crochet, le cliquètement du mousqueton, le piochement dans la glace, le grincement lors du tournoiement d’une vis à glace, ou le cliquetis des ustensiles d’escalade attachés au corps… sont tous des événements rythmiques.
Je voudrais remercier tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce projet :
Arthur Schneiter, Ernst Schar, Niklaus Frei, Ursula Amsler, Karl Lassauer, Thomas Lanzlinger
Ernst Brunner
Saint Gall, en novembre 1998

Traduction Carmen Genten



Ernst Brunner

Ernst Brunner est originaire de Zurich. Après des études au conservatoire de Zurich, il entre comme percussionniste, soliste, dans l’orchestre symphonique de Saint-Gall. Il vit aujourd’hui à Herisau
Parallèlement au travail dans l’orchestre symphonique, il cherche continuellement dans différentes directions musicales et joue aussi bien dans des ensembles de percussion classique que dans des formations de musique populaire. Il a fondé l’ensemble de percussion Blankton et expérimente différents matériaux afin d’élargir le spectre sonore.