Wouters

mercredi 26 juillet 2006
popularité : 22%

Rik Wouters


Malines (B), 1882 - Amsterdam (NL), 1916
L’Homme au chapeau de paille
1913
(Portrait du père de l’artiste)
Huile sur toile, 121 x 110 cm
Inv. AM 20/62

retour

Ce portrait d’Émile Wouters nous le montre assis dans un fauteuil de jardin, son chapeau de paille posé à ses côtés ; il trône imposant au centre de l’image, regardant avec bonhomie vers son fils aîné.

Le père de l’artiste était sculpteur-décorateur de meubles de Malines. À 12 ans, Rik quitte l’école et semble destiné à travailler comme sculpteur sur bois dans l’atelier paternel mais il se sent plus attiré par une carrière artistique. Et il obtiendra bientôt non seulement l’accord mais le soutien financier de son père pour suivre les cours chez le sculpteur malinois, Théo Blickx (1875-1963), enseignant à l’Académie de Malines.

« En 1912, Wouters part à Paris avec son ami Simon Levy ; ce voyage lui fait découvrir la voie dans laquelle, avec entêtement, il personnalisera son expression picturale : chercher avant tout à simplifier la composition et atteindre la fluidité d’écriture alliant un superbe coloris à une grande spontanéité. Ce style synthétique résulte clairement de son enthousiasme pour Cézanne mais également de son admiration pour James Ensor ». 1

Si une impression de spontanéité ressort de prime abord de ce portrait, la manière générale de répartir les touches fragmentées de couleurs très expressives traduit surtout la grande maîtrise de son art. Il joue sur l’équilibre subtil entre les propriétés chaudes et froides des différents coloris et leur répartition par rapport aux zones de la toile laissées vierges lui permet de créer l’espace et la profondeur.

Ainsi Rik Wouters a trouvé sa voie dans un Fauvisme personnel et intimiste et restera au terme d’une carrière brisée trop tôt comme la figure centrale du Fauvisme brabançon.

Repères biographiques

Rik Wouters s’initie à la sculpture en taillant le bois dans l’atelier de meubles de son père. Il suit d’abord les cours de dessin à l’Académie de sa ville natale, ensuite en 1902 à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et apprend le modelage chez le sculpteur Van der Stappen. À partir de 1907, il s’installe définitivement avec sa compagne Nel dans la banlieue bruxelloise à Boitsfort.

Au début de sa carrière, Rik Wouters, fasciné par l’œuvre de James Ensor, peint des natures mortes et des intérieurs avec figures où règne la même lumière que dans les tableaux du maître d’Ostende : Dame au chapeau rouge, Dame aux gants. Il dessine énormément à l’aquarelle, au fusain, des études de nus, des portraits. Il est complètement isolé à cette même époque et trouve son propre chemin, « sans connaître pour ainsi dire les grands maîtres étrangers » selon le critique A. Delen.

En 1912, il entreprend son premier voyage à Paris et découvre l’œuvre de Renoir et de Cézanne. Subjugué, il écrit à son ami le peintre Simon Levy : « Tous, même les anciens, doivent fiche le camp devant Cézanne, et de plus en plus, je sens qu’il faut selon soi agir comme lui avec la nature ». La même année, il présente un ensemble significatif à la Galerie Georges Giroux de Bruxelles. Cette galerie qui venait d’ouvrir ses portes s’assure l’exclusivité de ses œuvres et procure à l’artiste une sécurité matérielle. Cette période est une des plus fructueuses : Rik Wouters exécute de nombreuses toiles - Portrait de Nel Wouters, Fleurs d’anniversaire, la Repasseuse, Nature Morte au saladier - dans une tendance post-impressionniste rejoignant le Fauvisme. Il devient, en Belgique, le meilleur interprète de ce mouvement. C’est également l’époque où le jeune Rik Wouters réalise ses prestigieuses sculptures : la Vierge folle, Soucis domestiques, Portrait de James Ensor. La Galerie Giroux organise sa première exposition personnelle en février-mars 1914.

La Première Guerre mondiale le conduit avec son bataillon en Hollande, dans le camp d’Amersfoort. Rongé par la maladie, il est hospitalisé à Utrecht. Rik Wouters va vivre à Amsterdam à partir de juin 1915. Il y expose au Stedelijk Museum en février 1916 et meurt le 1er juillet 1916, à peine âgé de 34 ans.